dimanche 1 mai 2011

Défi lecture 2011 - Résumé avril

Ce quatrième mois de lecture a été plus pénible que les autres pour moi. Pas parce que je manquais de temps ni de motivation mais bien parce que les livres m'ont moins plu que durant les mois précédents.

Le voyage - Diana Gabaldon, 805 pages

Dans ce troisième volume de la série Le Chardon et le tartan, nous retrouvons Claire en 1968, 20 ans après avoir quitté Jamie lors de la bataille de Culloden. On y rencontre sa fille de 20 ans ainsi que le fils du révérand, lui-même mort auparavant. Claire apprend que Jamie a survécu à la bataille de Culloden et décide de le retrouver. On se retrouve donc, pour mon plus grand plaisir, à nouveau en Écosse en 1746. L'aventure commence à Lallybroch mais un enchaînement de situations fait en sorte que le neveu de Jamie se fait enlever par des pirates. La majeure partie de l'aventure se déroule donc à la poursuite des pirates jusque dans les Caraïbes dans le but de sauver le petit neveu.

Je dois avouer un truc : je commence à décrocher de cette série. J'aimais beaucoup les premiers volumes où il était question de l'Écosse, de chevauchées en forêt, de guerre, de tête mise à prix, de prisonniers. Je décroche car je trouve que ça commence à ressembler à une histoire où il faut trouver un prétexte pour faire un volume suivant. Dans le 2e volume on explorait la France, et maintenant les Caraïbes. Le quatrième volume se passe en Amérique, ça je le sais déjà. Pour ma part, j'étais vendue à l'Écosse il faut croire ! Je vais attendre avant d'emprunter les volumes suivants. J'ai souvent été déçue dans les longues séries de livres (sauf Harry Potter et L'Assassin royal). Chat échaudé craint l'eau froide, comme on dit !

Folle - Nelly Arcan, 205 pages

J'étais depuis longtemps intriguée par Nelly Arcan. Non pas que je la trouvais sympathique. En fait, elle m'apparaissait même plutôt antipathique mais mystérieuse. J'ai donc décidé d'emprunter un de ses livres à la bibliothèque. J'aurais pu emprunter Putain, mais j'avais peur que ce soit un peu violent comme départ. J'ai donc opté pour Folle.

Folle, c'est l'histoire d'amour tordue et destructrice d'une jeune femme qui manque de confiance en elle convaincue qu'elle se suicidera à 30 ans et d'un jeune homme imbu de lui-même qui a abusé de la porno. Vous direz que c'est un peu simpliste comme résumé. En effet. Et pourtant ! J'ai beaucoup aimé ce livre. Il est souvent décrit comme étant une autofiction, mais connaissant la fin tragique de l'auteure, on jurerait plutôt que ce sont les chroniques d'une mort annoncée. Ce n'est toutefois pas raconté sous la forme biographique. En fait, c'est écrit sous forme de lettre adressée à son copain, après leur rupture. Je dirais même que ça ressemble à une psychothérapie ! Comme on s'y attend, c'est cru, c'est dur, c'est sombre. On découvre une jeune femme torturée qui aurait voulu trouver le bonheur sans jamais vraiment y croire. C'est profondément triste. Ça nous met à l'envers. Souvent, ça nous choque. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on ne reste pas indifférent.

Je ne sais trop pourquoi, mais je ne pouvais pas décrocher de ce livre. C'était comme une drogue. Je l'ai lu en deux jours, comme s'il y avait urgence de le terminer une fois qu'il était commencé. Si je vous le recommande ? Oui. Mais ce n'est pas fait pour les jeunes oreilles vierges... !

En plein coeur - Louise Penny, 330 pages

Ce livre avait pourtant tout pour plaire : enquête sur un meurtre dans un petit village des cantons de l'est peuplé d'artistes. J'aimais déjà la mise en scène. Le livre a été apprécié de la critique. Mais il semblerait que mes goûts personnels ne sont pas les mêmes que les critiques.

Armand Gamache, enquêteur à la SQ, est envoyé dans le village de Three Pines en Estrie peu avant l'action de grâce pour résoudre le meurtre de Jane Neal, dame âgée habitant le village ayant été retrouvée morte dans un boisé près de chez elle, une flèche lui ayant traversé le coeur. À travers le livre, on découvre plusieurs personnages : des habitants du village ainsi que des collègues de l'enquêteur. L'endroit semble paisible et sympathique et on finit par résoudre l'enquête (une fin à la scooby doo !).

Pour ma part, j'ai trouvé qu'il y avait trop de personnages, plusieurs n'étant pas vraiment nécessaires. Il y en avait tant que j'avais de la difficulté à me souvenir d'eux quand il en était question, j'en mélangeais plusieurs. Je n'arrivais pas à bien les imaginer dans ma tête. Je n'ai pas vraiment compris la présente de l'assistante chiante. On aurait pu l'omettre pour ne conserver que l'assistant principal du détective. J'ai aussi trouvé ce livre trop politically correct : un couple de gai, une femme noire, des personnes âgées, etc. L'auteure traite parfois de sujets hors contexte (politique, opinion sur la chasse, homophobie) qui n'auraient pas lieu d'être dans ce livre et qui n'amène rien à l'histoire, comme si elle essayait de passer des opinions personnelles aussi subtiles qu'un tracteur à travers les propos de ses personnages.

En fait, je pensais lire un bon roman d'enquête sur un meurtre, et je me suis retrouvée avec une fresque villageoise. L'intrigue est, à mon avis, mal ficelée. Je n'ai pas embarqué du tout. On nous amène sur des pistes qui refroidissent et on les perd de vue pour retrouver plus tard une autre piste qu'on perd aussi de vue pour aboutir à un coupable au mobile peu crédible. Bref, dans le genre, je préfère mille fois mieux Kathy Reichs dont les romans sont très efficaces et nous tiennent en haleine. Je ne pense pas lire d'autre livre de cette auteure.

Putain - Nelly Arcan, 186 pages

Après avoir lu Folle, j'avais bien hâte de lire Putain. Trop hâte peut-être. J'ai été déçue. En fait, depuis le début du défi, c'est le premier livre que je dois me forcer pour terminer. Je devais tellement me forcer que ça m'a mis en retard dans mes lectures. C'est un livre que j'aurais dû lire en 3-4 jours maximum mais ça m'a pris près de 2 semaines, sinon plus.

D'abord, je n'ai pas aimé le style. Ce sont de très longues phrases (1 page chacune environ) avec beaucoup de virgules. De longues phrases qui auraient pu facilement être découpées en plusieurs petites. Le problème avec les trop longues phrases, c'est que je décroche après quelques lignes et je tombe dans la lune, de façon à ce que rendu à la fin de la longue phrase, je ne sais plus trop de quoi ça parlait. En lisant ce livre, j'avais l'impression d'être prise dans une roue sans fin : le mêmes thèmes reviennent de façon récurrente. Lire quelques pages sur le fait que chaque père qui a une fille ne voudrait pas quelle celle-ci se prostitue, mais que si ce père fréquente des prostituées il risque un jour de tomber sur sa fille est un concept intéressant la première fois qu'on le lit, mais quand il revient à toutes les 20 pages, on décroche. L'auteur y parle aussi de sa mère qui était une larve dont son père ne voulait plus (un autre thème récurrent) et de son désir de mourir (encore récurrent).

De plus, il n'y a pas d'histoire ni de personnages précis sauf l'auteur elle-même. Rien n'évolue à travers le récit. On a plutôt l'impression d'être dans la tête d'une personne qui ressasse sans cesse les mêmes souvenirs et les mêmes idées. On tourne autour de quelques thèmes qui reviennent. On se tanne. Du moins je me suis tannée. J'ai de loin préféré Folle. Je ne vous recommande pas Putain.

Ce qui s'en vient dans le prochain mois : je vais tenter de terminer Game of thrones avant la fin du mois si j'ai le temps. Je vais découvrir Margaret Atwood sur recommandation de mes ami(e)s. Je vais aussi profiter de mon déménagement prochain pour faire du ménage. Pour ce faire, j'ai loué le livre L'art de l'essentiel. J'espère ainsi n'emporter que l'essentiel dans mon nouveau chez moi et réussir à laisser le superflu derrière !

3 commentaires:

  1. Je suis d'accord avec toi, les séries pour lesquelles il y a trop de tomes, ça devient lâssant. On a l'impression que la sauce est trop étirée. Tout comme toi, quand j'ai lu la série de Gabaldon, j'ai fini par avoir eu une impression de réchauffé. Maintenant, en ce qui concerne Nelly Arcand, le roman Putain m'a fait le même effet qu'à toi... Ça a donc pris pas mal de temps avant que ça me tente de la lire à nouveau. Pourtant, Folle m'intriguait beaucoup. Je n'ai pas été déçue non plus, j'étais plutôt captivée. Vraiment un bon roman...

    L'autre je ne l'ai pas lu... Les critiques, il ne fait pas toujours s'y fier, mais c'est quand même bien de découvrir des trucs.

    C'est un beau défi que celui de lire davantage!

    RépondreSupprimer
  2. Moi non plus, j'avais pas accroché pour Putain, ça m'avait laissé froid et je m'en souviens comme un exercice de style inintéressant.

    Suite à vos commentaires, je vais essayer de trouver Folle, alors.

    Gabaldon, pas été capable. Ça doit trop être un roman de filles! :)

    RépondreSupprimer
  3. Très utile "L'art de l'essentiel" surtout quand on déménage. Ça m'avait aidée à me départir de plein de choses. Le plus dur, ça a été les livres mais elle était arrivée à me convaincre. Vous vous sentirez allégée...

    Putain, j'ai lu aussi et je n'ai pas énormément aimé. Un peu pour les mêmes raisons que vous.

    Diana Gabaldon, j'ai surtout lu les passages érotiques qui sont quand même bien écrits, je trouve. (debout dans l'allée, au Costco).

    RépondreSupprimer