dimanche 11 octobre 2009

Cueillette d'automne et bilan de la saison

Après des semaines de pratique à assister avec plaisir aux sorties et aux interminables séances d'identification avec le cercle des mycologues, à me claquer des descriptions de champignons sur leur habitat, leurs traits distinctifs, à comparer des photos, et même à en rêver couramment (oui oui, plusieurs fois par semaine !), j'ai enfin réussi à faire une récolte digne de ce nom ! Bon, il n'est malheureusement pas question de kilos et de kilos de cèpes ou de girolles, mais d'une belle demie livre de chanterelles en tube, autant de pleurotes tardifs et un petit paquet d'hydne corail. Chaque semaine, je ramenais bien quelques spécimens de quelques espèces, mais rarement assez pour en faire une vraie recette (sauf il y a deux semaine avec des armillaires).

Cette saison-ci, j'ai non seulement mouillé mes bas à plusieurs reprises, rempli mes souliers et mes genoux de boue, eu des marques de coups de branches sur les bras mais aussi fait un bon de géant dans mes connaissances mycologiques (pas difficile quand on part de zéro !), goûté à un tas de trucs et rencontré de gens extraordinaires.

Dans le sens horaire, en partant du coin haut-gauche : chanterelles en tubes, oreille de Judas, pleurotes tardifs, hydne corail.

Voici donc ma récap mycologique gastronomique de cette année ! Elle vous servira à vous rendre compte que les champignons sauvages, c'est rien de méchant (j'ai pas été malade une seule fois ! mais je cueille avec des professionnels, on ne prend pas de chance) et elle me servira à bien débuter la saison l'an prochain en cherchant les meilleures espèces.

Vesse-de-loup : bof... Ça n'a rien d'exceptionnel. Mais ça pousse en grande quantité ! Ne manger que si fermes et bien blanches à l'intérieur.

Chanterelles en tube : J'adore ! Dans du beurre et de la crème, ohlala... Il est conseillé de les faire sécher.

Lactaire saumoné : Les deux fois, ils étaient trop cuits et donc transformé en chips... À réessayer mais en plus grande quantité !

Bolet à pied creux : Bon format, bon goût mais légèrement amer. Choisir des spécimens jeunes et faire bouillir au besoin. Attention aux infestations de vers !

Armillaires communs : Poussent en grande quantité en saison, délicieux marinés, recommandés au sauce au vin rouge. Belle texture. Préférer les boutons. Attention aux vers !

Oreille de Judas : Se mange cru. Goût très délicat. Belle texture.

Pleurote tardif : Gratter le dessus avec un couteau pour enlever la glue... Poussent sur les troncs d'arbres morts (érables). Ne pas oublier de regarder sous les troncs ! Verdict marinés à venir.

Hydne corail : Ressemble à du chou-fleur !! Goût très doux mais belle texture ferme.

Polypore des brebis : Mon coup de coeur. Texture et goût superbes. J'en veux encore et encore et encore.

Je vous laisse sur quelques photos de ma cueillette d'aujourd'hui. C'était une superbe journée d'automne et les couleurs des feuilles jetaient une lumière dorée dans la forêt. Les photos sont féériques.

Et une petite dernière... Comment faire sécher des champignons sur la table quand on a trois curieux qui veulent tout voir ?

2 commentaires:

  1. Belle cueillette et aussi belles photos. La plupart des espèces sont bien identifiées. Seules ceux de la dernière photo. Tu ne nous dis pas comment tu vas les consommer celles-là :ppppp

    Bye xxx

    RépondreSupprimer
  2. Superbes photos! Tu t'étoufferas pas avec ton oreille de Judas, c'est certain... hi hi hi. Dommage que le seul légume dont on puisse faire la cueillette dans les bois en soi un que je n'aime pas, snif, snif...

    RépondreSupprimer